accueil   à propos 

liens  

 

   guide radio      étrangères      radios du net            numérique      par la télé        autres ondes

 

 

   actu radio        dossiers          anciennes grilles      pubs tv            logothèque      radios disparues     dico radio      contact

 


 anciennes grilles 

  IL ÉTAIT UNE GRILLE...

Une grille des programmes peut raconter beaucoup de choses ... Focus sur l'une d'entre elles pour l'approfondir, parfois en lien avec l'actualité.
 

  NRJ 1998-1999 : L'ARRIVÉE DE CAUET, 20 ANS PLUS TÔT

En cette rentrée 2018, Cauet revient sur NRJ un an après l’avoir quitté pour les fins d’après-midi de Virgin Radio. L’arrivée de Cauet sur NRJ remonte à 2010, mais ce n’était pas la première fois à ce moment-là qu’il mettait les pieds rue Boileau. Non, la première fois remonte à 20 ans, en 1998…

Cette année-là, Christophe Sabot, alors directeur des programmes d’NRJ, réussit à débaucher Cauet de Skyrock où il assurait le morning. Fini le morning, l’animateur se voit confier la tranche de l’after (17h-20h), qui sera baptisée « Le gros zafternoon », illustrée par le slogan « C’est trop gros » martelé par la voix de Richard Darbois, qui était déjà la grosse voix d’NRJ à cette époque. Le contenu jonglait entre grosse dose de hits et courtes interventions et de sketchs autour de rubriques : le gros journal, le gros coup de fil, le gros jeu, le gros plan teuf... Mais l’émission peinait à trouver son public. Y avait-il un manque de liberté pour Cauet par rapport à Fun et Skyrock ? Il faut dire que les émissions « talk » ne s’imposaient pas sur NRJ, à l’inverse de ses concurrentes jeunes...  En tout cas, dans son équipe, Miko ne l’avait pas suivi dans cette aventure, ayant préféré rester à Skyrock.

Après une tentative de décaler l’horaire en décembre, le « Gros zafternoon » et Cauet disparaissent de l’antenne d’NRJ au bout de quelques mois, en janvier 1999. Mais Cauet n'est pas mis à la porte ; il se voit confier la direction antenne de Rire & Chansons, qui venait de développer son réseau à travers toute la France. Les fins d’après-midi de NRJ seront remplacées par « Planète Hit », qui se décline en décrochage local selon les villes (Planète Lyon, Planète Lille etc…) et qui perdurera de longues années à l’antenne.

Vous pouvez retrouver quelques jingles et une promo annonçant l'arrivée de Cauet sur NRJ dans ce son de Howcast (à la fin)

Et pour le reste de la grille de l’époque : Éric Jean-jean s’en allait pour RTL, l’occasion pour NRJ de mettre au 9h-13h une jeune recrue de la saison précédente qui avait commencé en y animant les nuits : Bruno Guillon, qui prend la suite du « Festival Roblès », morning phare de l'époque animé par un autre Bruno… Roblès ! Autre nouveauté de la saison : « Le tremplin NRJ », le dimanche soir à 22h, un casting en direct de DJ et d’animateurs ouvert à tous, qui s’essayaient au micro aux côtés d’Emmanuel Foissotte. Et aussi, beaucoup de chroniques, en vrac : Sportnews (François Trillo), Motornews (Thierry Clopeau), Cinénews (Bertrand Lesguillons), NRJscoop et Citynews (Emmanuel Jayr), Une minute pour un projet et Le mag étudiant (Laurent Bonnet)...

  
 

 

Copyright © RadioScope - http://www.radioscope.fr - Mentions légales